• A UNE OMBRE AIMEE

     

    Voici l'heure où le mort goûte aux festins funèbres,

    Et je t'ai préparé, comme hier, le repas.

    Grâce aux flammes, grâce aux lampes, on ne sent pas

    L'enveloppement fin et serré des ténèbres.

     

    Voici mes voiles verts, voici mon front paré

    Des joyaux et des fleurs qui conviennent aux fêtes.

    Daigne entrer! Comme hier, toutes choses sont prêtes.

    Savoure le repas savamment préparé.

     

    Ton coeur m'approuvera. Le vin est délectable.

    Ayant mûri dans le soleil d'un très beau jour,

    Les fruits semblent créés par les mains de l'amour.

    Une lueur très douce illumine la table.

     

    Ta place habituelle est prête. Viens t'asseoir,

    Près de moi, prends ici ta place accoutumée,

    O l'amie aux doux yeux tristes, la bien-aimée.

    Pour toi j'ai revêtu mes parures, ce soir!

     

    Pourtant un souffle froid entre-bâille la porte,

    Et dans mon corps glacé je sens mon coeur transi...

    Je ne puis oublier que je suis seule ici,

    Que je suis triste et que je n'aime qu'une morte.

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :