• DEVANT LE COUCHANT

     

    Je subis la langueur du jour déjà pâli...

    Je suis très lasse, et je ne veux plus que l'oubli.

     

    Si l'on parle de moi, l'on mentira sans doute.

    Et mes pieds ont été déchirés par la route.

     

    Certes, on doit trouver plus loin des cieux meilleurs,

    Des visages plus doux... Je veux aller ailleurs...

     

    Je vous l'ai dit, je suis affaiblie et très lasse...

    Tel le dernier rayon du soir dernier s'efface...

     

    Ma douleur m'apparaît très lourde et très légère.

    Oubliez-moi qui suis une âme passagère.

     

    Je suis venue ici, je ne sais pas pourquoi,

    Et j'ai vu des passants se détourner de moi.

     

    Sans vous comprendre et sans que vous m'ayez comprise,

    J'ai passé parmi vous, noire dans l'ombre grise.

     

    Sans hâte et sans effroi, je rentre dans la nuit...

    Avec tout ce qui glisse, avec tout ce qui fuit.

     

    Je pars comme on retourne, allégée et ravie

    De pardonner enfin à l'amour et la vie.

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :