• MON AMI LE VENT

     

    Mon vieil ami le vent, entre dans ma demeure

    Et joint ta voix à ma voix lamentable et pleure...

    Pleurons le jour, pleurons le soir, pleurons la nuit.

     

    Pleurons avec la voix des femmes malheureuses

    Sur la jeunesse morte et sur l'amour qui fuit

    Malgré les bras tendus des tristes amoureuses.

     

    Pleurons les jougs mauvais qui pèsent sur les fronts

    Et sur tous et sur tout, ô mon ami, pleurons!

    Pleurons le sort mauvais des êtres et des choses.

     

    Plaignons les yeux que nul rayon d'or ne ravit,

    Les vieux livres brûlés, la lente mort des roses...

    O vent, mon cher ami, plaignons tout ce qui vit!

     

    Qu'on s'éloigne de la grand'salle où l'ombre flotte,

    Et que nul ne m'entende, alors que je sanglote

    Ainsi que fait le vent, dans les coins endormis.

     

    Et le chêne s'écroule au loin, la vitre tremble...

    Nous nous aimons et nous sommes de vieux amis,

                    Car nous pleurons ensemble.

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :