• PAREILLES

     

    Le regard clair et la voix limpides, j'entame

    Un hymne triomphal à ma Divinité,

    A l'Amour parfois doux et souvent irrité,

    Car, en ce jour, je me réjouis d'être femme!

     

    Et loué soit le sort en ses obscurs desseins

    De ceci: que nos coeurs sont pareils, ma maîtresse!

    Car nous aimons la grâce et la délicatesse,

    Et ma possession ne meurtrit pas tes seins...

     

    Malgré la véhémence agressive et farouche

    De tout désir, et sa latente cruauté

    Qui m'attire vers les replis de la beauté,

    Ma bouche ne saurait mordre âprement ta bouche.

     

    Je crois n'avoir jamais pu te blesser, ainsi

    T'aimant, ni dans ton coeur ni même en mes pensées,

    Moi qui n'ai su rythmer les strophes cadencées

    Que pour te plaire, ô mon cher et cruel souci!

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :