• PENDANT QU'ELLE DORMAIT

     

    Vous avez entr'ouvert vos lèvres cette nuit

    Et j'ai cru que c'était pour des paroles basses,

    Mais vous avez laissé retomber vos mains lasses...

    Vous avez soupiré, c'était à peine un bruit.

     

    Moi je vous regardais, je regardais cet ambre

    Rouge et cet or profond que sont vos doux cheveux...

    Je tenais dans mes mains le plus cher de mes voeux,

    L'Amour lui-même était présent dans notre chambre.

     

    Je ne m'endormais plus pour voir votre sommeil

    Semblable au rocher calme où le vent dur s'émousse...

    Dans l'émerveillement d'une nuit aussi douce,

    J'ai cru que jamais ne renaîtrait le soleil.

     

    J'aurais parlé, mais vous vous êtes retournée,

    Car le sommeil s'était emparé de vos yeux,

    Vous dormiez, bienheureuse à la façon des Dieux,

    Et vous ne m'aimiez plus... J'étais abandonnée...

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :