• VETUE

     

                                    I

     

    Ta robe participe à ton être enchanté,

    O ma très chère!... Elle est un peu de ta beauté.

     

    La respirer, c'est ton odeur que l'on dérobe.

    Ton coeur intime vit dans les plis de ta robe,

     

    L'odeur de nos baisers anciens est dans ses plis...

    Elle se ressouvient de nos divins oublis.

     

    En mon être secret je suis presque jalouse

    De l'étoffe qui suit ton corps et qui l'épouse.

     

    J'ose te l'avouer, en un soir hasardeux

    Où l'on s'exprime enfin... Nous t'aimons toutes deux.

     

    D'avoir été si près de ta douceur suprême,

    Ta robe est ma rivale, et cependant je l'aime...

     

                                      II

     

    Tu n'aimes déjà plus ta robe de jadis,

    Soyeuse et longue ainsi qu'un irréel iris.

     

    Mais moi je l'aime et je la veux et je la garde.

    Pour moi, le passé reste et l'autrefois s'attarde.

     

    J'adore ces chers plis du voile transparent

    Qui n'enveloppe plus ton corps indifférent.

     

    Garde-moi, parfumée ainsi qu'une momie,

    Ta robe des beaux jours passés, ô mon amie!

     

    Renée Vivien


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :